29 septembre 2006

U.S. M1 "Garand"

photo_671photo_670photo_666garand,clip,bullet

Fusil semi-automatique alimenté par une lame chargeur de 8 cartouches calibre .30-06 (7,62mm et le 06 correspond a la date de son adoption, dans ce cas 1906). Le garand étant le fusil qui devait remplacer le Springfield, Son inventeur; John C Garand débuta ses travaux sur la conception d'un fusil automatique dès 1920. Ce fut le seul prototipe de fusil automatique qui réussi les épreuves d'essais au centre d'expérimentation d'Aberdeen en 1929, ce qui permit a son inventeur de poursuivre ses améliorations, mais c'est en 1936 que le Garand fut officiellement adopté comme fusil standard de l'armée americaine.

La responsabilité de ce choix incombait au général MacArtur, qui était alors chef d'état-major. Cette décision fut lourde de conséquences pour son pays et les fantassins de la seconde guerre mondiale peuvent lui être reconnaissant d'avoir pris cette décision, car il faut savoir que pas mal d'officiers d'etat-major a l'époque n'était pas convaincu du bien fondé d'une arme automatique, en effet, ils craignaient que les soldats ne gaspillent leurs munitions en 2 minutes de combat!. Ce ne fut pas le cas et ils s'appercurent vite que ce fusil permettait d'avoir une puissance de feu soutenue et donc fort untile lors de combats, le général Patton affirma d'ailleur que le garand était "le meilleur outil de combat jamais conçu" et l'histoire lui donna raison a de maintes reprises!. De plus la mise en oeuvre du Garand était étonnament simple, on peut d'ailleur se demandé pourquoi il ne fut pas concu plus tôt!. Mais il fallut quand-même beaucoup de temps pour aboutire a une arme concrète, simple et fiable.

La culasse est du type rotatif (semblable a celle d'un fusil à répétiton) a la différence qu'au lieu de l'actionner a la main, elle fuctionne grace a un petit piston qui s'accroche sur une billette de la culasse et disparait sous le fût en bois du fusil, ce piston finit par pénétrer dans un cylindre à gaz qui se situe sous le canon, ce cylindre contient aussi un ressort de rappel, ce dernier a pour rôle de comprimer les cartouches dans le magasin afin de les obliger à monter vers la chambre pendant le déplacement de la culasse. Ce qui fait que quand un coup est tiré, les gaz chassent la balle du canon vers l'extérieur du magasin, pendant ce temps là, une partie des gaz pénètrent dans le cylindre a gaz grâce a un évent ménagé près de la bouche du canon, là les gaz repoussent vers l'arrière la tête du piston, lequel par un jeu de billette, de cames et de glissières judicieusement disposées fait pivoter et reculer la culasse, ce qui provoque l'extraction, puis l'éjection de la douille. En même temps, le ressort de rappel a été comprimé et dès que la culasse a fini son recul se détend pour ramener celle-ci en avant, tout en fesant ce mouvement, la culasse agrippe une nouvelle cartouche montant du magasin et l'introduit dans la chambre. A la fin de ce retour en avant, le piston provoque la rotation et le verrouillage de la culasse, a ce moment, la deuxième cartouche peut être tirée.

Au yeux de beaucoup, le seul défaut du Garand était que la lame chargeur était incéré avec ses cartouches, le fait est qu'il fallait après avoir tiré, recharger l'arme avec un nouveau chargeur complet ou rien et ce a la différence de certaines armes analogues, il ne suffisait pas d'introduire une ou deux cartouches pour libérer la culasse (qui était restée ouverte après l'éjection de la lame chargeur) et reprendre le tir, on peut toute fois remarquer qu'il était possible d'introduire une seule balle directement dans la chambre. Un autre petit point négatif était le bruit excessif enjandré par l'éjection de la lame chargeur après avoir tiré la dernière cartouche, car l'ennemi en face était dès lors au courant que son adversaire était en train de recharger!.

La commande ayant été passée, la production débuta et les Garand sortirent a une cadence si élevée qu'a la fin de la guerre quelque 4 millions de fusils avaient été produits!. Pour être plus précis, l'arsenal de Springfield (pour qui travaillait John C Garand) en produisit 3 519 471 et la firme Winchester 513 582. Mais la production ne s'arrêta pas là, car on en fabriqua encore 600 000 après guerre et ce sans compter ceux produits sous licence par la société italienne Beretta (on peut d'ailleur préciser que cette firme améliora le modèle et développa sur base du Garand de nouvelles armes automatiques). Le fait le plus étonant fut que le Garand n'ai pratiquement pas subit de modifications pendant sa longue durée de service, on peut constater qu'il fut si bien concu qu'on ne dût même pas le modifier pour sa mise en production.

Il n'y eut que quelques variantes peu connues comme le T26 qui est en fait une version racourcie du M1 et qui était destinée au combat dans la jungle, mais étant donné que le T26 fut demandé en 1945 et le contat signé pour 15 000 exemplaires, la guerre s'acheva avant le commancement des livraisons, ce qui provoqua l'annulation du contat, de plus le petit nombre déja produit fut testé et rejeté par l'armée du fait de son recul trop violent (comme c'est souvent le cas des fusils courts), ces fusils furent donc mis en vente parmi les surplus de l'armée sous le nom de "short tanker's model". Il y eut aussi deux autres modèles spécialement concus pour les snipers, il s'agissait des modèles M1C et M1D qui ne différaient que par leurs lunettes, a part la lunette et un cache-flame installé sur la bouche du canon, ces deux versions étaient identique au M1 d'origine.

Quant aux accessoires disponible pour le Garand ils sont nombreux et variés, on peut noter les deux baïonnettes, la M-1942 qui est prévue au départ pour le Springfield mais qui convient très bien au Garand , cette baïonnette fut raccoucie a 290mm a partir de novembre 1942, ce qui la rapproche du modèle M-1905 E1 avec la différence que le creux qui se situe sur le centre des faces latérales va jusqu'au bout de la lame. L'autre modèle sité plus haut est donc le M-1905 E1 qui ressemble fortement au modèle à lame raccoucie a part le fait que le creux s'arrête a 75mm de la pointe de la lame.

Un autre accessoire qui peut être utile est le lance grenade, il y a de nouveau différents modèles, le premier est le "Grenade, rifle antitank M9 A1" qui est en fait une grenade a fusil antichars à charge creuse, lancée en tir tendu, ce qui veut dire en visant directement le char ennemi. Une autre version fort semblable se compose d'un dispositif pyrotechnique qui sert de fusée à signal suspendue à un parachute après le tir, ce modèle porte le nom de "Signal ground ambler star parachute M21 A1". L'autre modèle de lance grenade est le "Grenade projection adapter M1" qui se compose d'un empenage pour la grenade a main Mk2 standard, mais ce modèle nécessite aussi le "grenade launcher M7" qui est un manchon se fixant sur le canon du Garand et sur lequel vient se fixer l'empenage du lance-grenade, on faisait partir cette grenade au moyen d'une cartouche à blanc, ce système très efficace fut ensuite adopté par les Britanniques. Pour utiliser ces lance-grenades, un viseur (M15) spécial vient se fixer sur le garand grâce a une platine qui vient se visser sur le fût à gauche au niveau de la boite de culasse et permet un système de visée plus fiable et adapté. Mais le Garand dispose aussi de matériel d'entretient divers tout comme les modes de transport des lames chargeur dont je n'énumèrerais pas les différentes variantes.

Posté par guillaume5021 à 13:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur U.S. M1 "Garand"

Nouveau commentaire